Julius, Finnois de Laponie mais pas seulement…

L’idée de cet article fait suite à la question qui revient le plus souvent dès que cette frimousse apparaît : “il est trop mignon, de quelle race est votre chien?”

Je vais donc m’appliquer à répondre de la manière la plus complète qui soit à cette question, cependant je ne vous garantis pas un regard objectif quant aux prochaines lignes que vous lirez…Parceque c’est aussi et surtout mon coeur qui parle. Julius est bien plus qu’un chien pour nous, il est un membre à part entière de notre famille. Depuis qu’il est entré dans notre vie, c’est un bonheur quotidien de partager la sienne.

D’ailleurs, comment est-il entré dans nos vies ? et si nous commencions par là ?

  • Le destin, vous avez dit le destin ?

J’ai toujours été entourée d’animaux, ma vie sans eux est inconcevable, c’est un amour et une passion qui m’anime depuis toute gamine. J’ai eu mon premier chien (à moi) à l’âge de 9 ans, c’était une petite Lhassa Apso qui m’a accompagnée durant 17 ans. 17 ans, vous imaginez?  l’enfance, puis l’adolescence et le début de l’âge adulte à mes côtés, mon premier amour de chien. Au bout de 17 ans, le 10 juillet 2014, ma douce a tiré sa révérence et a laissé un vide immense. Je m’étais dit qu’il fallait que je fasse mon deuil, mais même en écrivant ces lignes, je ne suis pas certaine de la réponse : “faire son deuil”… une phrase toute faite dont je cherche encore le sens.

Un mois 1/2 plus tard, nous commencions avec Morgan à regarder les annonces de toutous autour de nous, celles des SPA notamment… je voulais à tout prix faire un sauvetage et pourtant, c’est une annonce d’éleveur qui a aiguisé notre curiosité. Un soir comme un autre, à la différence près qu’il allait changer notre vie. Morgan me présentait la photo principale de l’annonce, en me lançant “regarde, tu le trouves comment?”: c’est simple, ce fut le coup de coeur et c’était Julius. Il était 21h30, je me suis dit qu’il n’était peut-être pas raisonnable de contacter l’éleveuse à cette heure-ci , et après tout : “Bonjour Madame, nous venons de voir votre annonce concernant le chiot Julius, est-il encore disponible?” Elle nous répondait dans la minute et le rendez-vous était programmé pour le lendemain.

Une nuit d’impatience, une journée de travail à ne faire que penser à cette boule de poils et 3 heures de route plus tard, nous arrivions chez notre éleveuse. Et là, c’était une petite mémère qui nous accueillait (je parle d’un des chiots hein, pas de l’éleveuse) et notre Julius qui pionçait à l’autre bout de la pièce sans nous calculer (ça laissait déjà bien présager son caractère). C’était le dernier chiot disponible de la portée et nous apprendrons plus tard qu’une personne avait contacté notre éleveuse dans la journée qui avait suivi notre appel pour adopter Julius. Quelques paroles bienveillantes échangées avec l’éleveuse (devenue amie depuis), des gratouilles à tous les habitants à poils de la maison et les papiers signés: il s’appelait Julius et il embarquait avec nous pour le reste de sa vie.

  • Et alors, c’est quoi un Finnois de Laponie ?

Nous avons découvert la race en même temps que Julius. Le Chien Finnois de Laponie fait partie du groupe 5 et de la section 3 dans la classification des races, il appartient aux chiens de type spitz et primitif. Aussi appelé Suomenlapinkoira ou Lapinkoira, le Finnois de Laponie est originaire de Finlande. Ce chien de berger était à l’origine utilisé pour garder les troupeaux de rennes. C’est un chien de taille un peu plus petite que moyenne et de constitution robuste en proportion de sa taille. Il a le poil rêche et la robe longue et épaisse.Un brossage régulier suffit à l’entretien de sa fourrure (personnellement, je l’emmène chez le toiletteur une à deux fois par an, après la mue et aussi avant chaque exposition). Le Lapinkoira ne perd pas ses poils, seulement en période de mue (et là, faites chauffer la brosse!!). Ses oreilles sont dressées  ou semi dressées et la queue portée en fouet.

  • Son tempérament

Je parlerai dans ce paragraphe uniquement de ce que je constate avec Julius. Tout d’abord, je pense qu’il est important de préciser qu’il ne faut pas s’attendre à un “petit chien à sa mémère”, je m’explique: notre Julius est loin d’être un pot de colle, il aime les câlins c’est certain, mais à petite dose et uniquement quand lui l’a décidé.  J’aime son tempérament indépendant et surtout je le respecte. Il ne rapporte ni la balle, ni le bâton, même si c’est un grand joueur, rapporter la balle ne l’amuse pas et il s’en lasse très rapidement.

C’est un chien vif, doux, très affectueux et toujours prêt pour l’action. Les grandes ballades, le nez au sol sont pour lui ses passe-temps favoris, il nous creuse des cratères dans le jardin et des tunnels en promenade. Toujours en quête d’un mulot, d’une taupe ou que sais-je encore…et sur ce point, tous les heureux humains de lapins s’accordent à le dire : le Finnois adore creuser et débusquer les mulots. Pour ce qui est de Julius, il en est toujours à la première étape (oui bah…doucement mais sûrement!). Il est très calme en intérieur, adore la compagnie des humains et des enfants aussi, ce qui en fait un excellent chien de famille.

  • Ce chien tout terrain

La montagne, la campagne ou la mer, les repas de famille et les week-ends entre amis: Julius est de toutes les sorties et nous accompagne toutes les fois où cela est possible. Il participe intégralement à la vie de famille et n’aime pas la solitude. Ce chien du nord supporte aussi les températures estivales de notre pays grâce à son sous poil isolant (rien que ça!).

  • Les activités

Là encore, je ne parlerai que de Julius qui n’est pas une généralité ! Lorsque nous l’avons adopté, notre éleveuse nous a vanté les mérites de ses parents déjà champions d’agility, qui sortaient aussi volontiers en expositions, bref, le genre de chien qui adore toutes les activités que l’on peut lui proposer. Moi aussi, je voulais que mon petit chien s’amuse et nous montre un peu de quoi il était capable !

  • La tentative du handling (préparation aux expositions canines)

Pour faire simple, le handling consiste à apprendre à présenter son chien en exposition canine, donc à le tenir en position statique et à trotter. Nous avons fait confirmer Julius dès l’âge requis et par la suite, je voulais fouler les rings avec lui. Mais encore une fois, il faut faire preuve de négociation pour arriver à nos fins. J’arrivais aux séances de handling, les poches remplies de canard séchés, de saucisses…enfin tout un festin, pour que Monsieur daigne obéir. Les séances ne duraient pas plus d’1/2 heure, au-delà il s’en désintéressait (un programme sur mesure en plus). Mon éducateur a même eu la bonté de m’offrir une ou deux séances: celles durant lesquelles Julius ne voulait rien entendre… “Quand c’est non, c’est non à la fin, sont pénibles ces humains!”.

Bon, nous avons quand même appris la technique et les bases de la présentation en expo grâce à ce travail. Aujourd’hui je suis fière de nous !

  • Les expositions canines

Bien entendu, on ne s’entraînait pas pour des clopinettes, on se préparait à aller rencontrer d’autres Finnois sur les rings et à vrai dire il n’y a que là que nous en avons rencontré!

Pour faire simple encore une fois, les expositions canines sont des concours de beauté où les chiens sont jugés par rapport au standard de leur race et entre chiens du même sexe et du même âge. Ils ne présentent pas la même morphologie selon ces critères.

Nous étions là, face aux éleveurs…et quelques particuliers comme nous, qui s’étaient laissés séduire par l’idée des concours. Je me souviendrai toujours de notre premier concours, Julius en classe jeune et moi absolument débutante dans le domaine. La première expo fut un vrai fiasco, mon Juju qui aboyait comme jamais (il est tellement silencieux d’habitude), qui se terrait lors du jugement… bref, je m’étais dit “plus jamais” jusqu’à ce que nous arrivions finalement classés ! On l’avait fait !

A partir de là, nous nous sommes entraînés davantage et avons remportés depuis, quelques beaux titres (CACIB, CACS…si si je vous promets ça existe) !

  • L’agility

Son père et sa mère sont champions : qu’à cela ne tienne, Juju en sera un…pensais-je naïvement ! Un an d’agility plus tard, nous avons définitivement arrêtés cette discipline. Si la majorité des Finnois prennent plaisir dans cette activité, cela n’était pas le cas de Julius, et je ne voulais pas lui imposer pour mon plaisir à moi.

Nous avons tenté, durant un an à coups de saucisses et de canard (oui encore eux) mais aussi de blanc de poulet et d’un peu de frustration…en vain! Ce loulou n’est pas fait pour ça, le mien en tout cas.

C’était tout de même super sympa, j’ai beaucoup appris sur mon chien durant ces séances et nous avons pu par ce biais travailler un peu l’éducation également (qui relève plus de la négociation avec lui).

  • Mais encore

Je vous expliquais en début d’article que j’étais attachée à faire un sauvetage lors de cette adoption. Le destin a mis sur notre route un chien adorable, en bonne santé, sortant d’un élevage familial ,un chien socialisé et bien dans ses pattes grâce à la sélection et au travail de l’éleveuse. Quand nous avons eu Julius, j’étais loin d’imaginer ce qui allait découler de cette passion naissante pour lui et pour le chien de manière plus générale.

Depuis lui:

  • j’ai ouvert une pension canine familiale et cela représente une seconde activité pour moi.
  • nous avons étés famille d’accueil pour des chiens ayant eu moins de chance que Julius. Nous avons donné une seconde chance à ces loulous en leur évitant l’euthanasie et en leur redonnant confiance en l’humain.
  • je me suis formée aux gestes de secours canins, au toilettage et à la communication animale.

Bref, depuis lui, tout a changé et si j’ai beaucoup appris de Julius, il m’a aussi beaucoup appris sur moi. Le chien a cette excellente faculté d’être le miroir de son humain !

Je vous avais dit que cet article n’allait pas être objectif, mais il a au moins le mérite d’avoir répondu à la question “il est beau ce toutou, quelle est sa race?”. Oui il est beau ce toutou, oui c’est un Finnois de Laponie mais cette question si anodine implique tellement plus pour moi que ces quelques mots en guise de réponse.

Ce petit chien est surtout notre Julius et il n’en existe aucun autre comme lui.

6 Comments

  1. macslimhome
    1 November 2017 / 14 h 56 min

    super article, je suis fan de Julius 😍

    • La Ferme du Chat Huant
      1 November 2017 / 18 h 41 min

      Merci pour ton retour, ça me fait plaisir! 🙂

      • Annabelle
        1 November 2017 / 21 h 25 min

        J’ai découvert la race de Julius via votre page insta , je ne la connaissais pas avant. Après ce que je trouve particulier chez Julius c’est qu’il semble presque “sourire ” enfin il a vraiment une bouille adorable. Merci pour cet article. Tres bonne soirée

        • La Ferme du Chat Huant
          2 November 2017 / 15 h 45 min

          Merci beaucoup😊 C’est une race encore un peu secrète (et c’est bien ainsi). C’est vrai qu’il a une bouille de coquin et un grand sourire sur certaines photos!

  2. Danielle Buys
    1 November 2017 / 19 h 57 min

    J’ai lu votre bel article consacré à Julius, merci de nous avoir raconté son histoire et aussi de m’avoir permis de vous connaître davantage. J’aime vous lire, vous écrivez avec beaucoup de talent. Je vous souhaite le meilleur ainsi qu’à votre famille et surtout continuez à me faire rêver en postant des photos de vos travaux qui avancent à grand pas. Merci de partager votre bonheur, c’est tellement bon de vous savoir si heureuse.
    À bientôt et caresses à Julius !
    Danielle.

    • La Ferme du Chat Huant
      1 November 2017 / 20 h 32 min

      Bonjour Danielle et merci pour ces compliments et ces encouragements qui me vont droit au coeur. C’est vraiment très gentil de votre part et ce sont des commentaires tels que le votre qui me donnent envie de partager ce récit de vie. Alors, Merci à vous et à bientôt!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *