Personne n’y croyait…sauf nous !

A l’aube de nos quatre ans, à l’aube de notre emménagement et du reste de notre vie, je replonge dans les souvenirs de nos débuts. Je me souviens aussi des choix, non sans conséquence, qu’il a fallut faire pour arriver où nous en sommes aujourd’hui. Qui l’aurait cru ? Moi, à peine au début.

Des hauts, des bas, la vie quoi. Quatre ans plus tard et un petit chien en commun, nous sommes là, des projets plein la tête: ceux qui se concrétisent, ceux qui nous demanderont encore du temps, de la patience, ceux qui seront avortés avant même d’en avoir évoqué l’idée, ceux qui nous forgent, ceux qui nous rendent plus forts mais surtout ceux que l’on mène à deux, ensemble. La Ferme est l’un de ceux-là .

nous.png

Ce projet fou auquel personne ne croyait… sauf nous !

Nos débuts, je nous revois très bien sous le hangar, face à la ferme. On évoquait l’idée de planter notre futur maison sur le terrain familial. D’abord la suggestion de faire table rase de ce hangar ou de travailler cette structure pour en faire notre nid à été abordée…Mais, “attends, et la grange au fait ? elle pourrait être rénovée ? regarde toutes les possibilités qu’elle offre! Cette superficie, ce bonheur d’habiter à la campagne et de conserver cette belle âme, ce serait chouette”, il me répondait “oui, je n’y avais même jamais pensé avant aujourd’hui”. C’est finalement comme ça que tout à commencé, adossés sur l’un des murets de ce hangar, en venant rendre visite à Mémé et sans doute prendre le café…au passage (ainsi qu’une part de gâteau ou de tarte aux pommes qu’elle sait si bien cuisiner).

hangar.png

De toute façon, moi encore dans les études, il fallait attendre le moment opportun, mais l’idée était là, elle était plantée et allait germer. Un livre à la main, quelques feutres aussi, notre rêve se dessinait “Regarde, on pourrait imaginer la cuisine ici, à la place des mangeoires. Et puis là, notre chambre, ou était stocké le foin. On conserverait la grande ouverture et on s’aiderait de l’agencement actuel de la grange”.

Des croquis par ci, des croquis par là, des idées, des couleurs, des ambiances aussi, tout ça conservé dans notre livre d’or “la Maison de Coco et Momo” – Gros brainstorming sur le titre du livre, ça claque, non ? – ce n’était que le début de ce projet fou auquel certains (beaucoup) répondaient “Ouah mais vous vous embarquez dans un truc…pffiou, vous êtes sûrs ? ça va prendre du temps, et toutes les démarches, ça va pas se faire en un jour”- Mais bien évidemment mon bon monsieur que nous étions sûrs de nous. Si il y’avait une chose, une seule, à laquelle nous croyions dur comme fer c’était bien celle-ci, c’était ce projet, c’était cette rénovation. Cette maison , la nôtre (et une affaire de famille aussi) !

croquis.png

Quelques croquis et un emploi plus tard (à 5 minutes en voiture de la dite ferme, si ce n’est pas un signe du destin ça), les démarches pouvaient commencer : le notaire, le notaire, le notaire… (oui on l’a vu pas mal de fois), les devis, les banques, les courtiers [enfin un seul et unique,  celui qui nous a laissé un goût très amer en nous ayant fait penser que notre situation ne nous permettait pas ce luxe là – mais enfin, pour qui on se prenait franchement ? on osait rêver – ou à des taux monstrueusement élevés alors que la tendance était à la baisseil n’était pas bien doué celui-ci], l’architecte, les artisans, les négociations…chapeau bas à Monsieur qui a mené tout ça d’une main de maître. Et enfin, le Graal : signature de l’offre de prêt en août 2016 !

archi

Et moi ? moi, je commençais déjà à prendre en photo ce qui restera de magnifiques souvenirs, c’est du boulot aussi,  et l’idée de partager ce joli projet avec vous ne s’est pas faite attendre. L’une des premières photos du compte Instagram : la grange en mode “avant et après déblayage “. Beaucoup d’huile de coude et quelques week-ends pour déblayer toutes ces années stockées, rangées, oubliées : ces congélateurs (allez savoir…) ce moulin à grain, cette cabine de tracteur, ces vêtements, ces tuiles, ces livres de recettes des années 70′, ou 80′ peut-être, dans lesquels les images du bœuf bourguignon laissent vraiment à désirer…

avant.png

Bref, ces brouettes étaient remplies d’affaires à débarrasser, qui n’avaient plus servies depuis des années et que nous vidions dans un coin du terrain, en attendant le feu de joie. Mais c’était sans compter sur Mémé: en sens inverse, sa propre brouette en mains, pleine de “on ne sait jamais, ça peut servir” (j’en ris encore).

après.png

Nous en avons mangé de la poussière mais nous avons aussi fait de belles découvertes ! C’est ainsi que nous conserverons l’établi du grand-père que nous transformerons en meuble de salle de bain double vasque, un vieux volet qui deviendra table basse, des pots à lait en guise de décoration, un paravent qui fera office de séparation dans la suite parentale, la brouette construite de ses mains qui trônera fièrement dans le jardin et sans doute d’autres encore… tous ces trésors que nous avons trouvés et que nous allons conserver après restauration. Ils sont ici chez eux et viendront sublimer notre ferme.

objets.png

C’est comme cela que tout a commencé à chaque fois, en écoutant notre coeur avant tout et cette infime partie de nous qui criait au-delà de la raison : “et pourquoi pas ?”

Leave a comment

  1. Perfect_inspi_deco
    27 July 2017 / 19 h 55 min

    Superbe histoire !!!! Je vous souhaites tout le bonheur du monde en continuant à concrétiser vos projets, et mêmes les plus foux! 💋🤞🏼

  2. Marion (petitloupdemer)
    10 August 2017 / 11 h 30 min

    Lire ce récit m’a mis les larmes aux yeux… c’est un rêve que j’ai, ainsi que mon homme, la rénovation d’une ferme… construire son nid douillet, notre nid douillet. Offrir à notre petit bout une maison familiale pleine d’histoires.. et ça nous parait si inaccessible. La votre a une histoire très forte et vous êtes entrain de la sublimer. Il fait beaucoup de courage pour se lancer dans la rénovation, en couple surtout 😋
    Je vous souhaite d’y vivre de belles et heureuses aventures.

    • 14 August 2017 / 12 h 48 min

      Merci beaucoup Marion, je suis heureuse d’arriver à transmettre l’émotion qui nous anime dans cette belle aventure… je te souhaite d’accomplir ton rêve, rien n’est impossible !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *